Chiffres

Des chiffres, des femmes et des hommes.

En Europe, 56 % des titulaires de diplômes d’études supérieures sont des femmes, mais les conseils d’administration des entreprises ne comprennent que 13.7 % de femmes.

En France, le premier salaire annuel des jeunes diplômées est de 2000 euros inférieur à celui de leurs camarades masculins, et elles sont moins nombreuses que les garçons à bénéficier d’un CDI. .Dans notre pays, les femmes gagnent en moyenne 27 % de moins que les hommes. Le retard accumulé peut se chiffrer en plusieurs centaines de milliers d’euros à la fin d’une carrière.

Aux Etats-Unis, les hommes sont 4 fois plus nombreux que les femmes à négocier leurs éléments de rémunération.

Onze milliards par an, c’est ce que coûte aux entreprises américaines le turnover en personnel, dont une grande partie est attribuée à la perte de personnel féminin du fait de son insatisfaction. Les femmes préfèrent négocier à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’entreprise.

A travers le monde, dans les programmes de vivier des hauts potentiels internes aux entreprises, les hommes sont promus en moyenne au bout de 18 mois, les femmes entre 3 et 5 ans. La recherche montre qu’on exige d’elles plus de tutorat interne, avec des tuteurs/trices moins influents et moins importants hiérarchiquement que ceux qui guident leurs collègues masculins.

Dans la vie professionnelle ou personnelle, les hommes considèrent leurs interactions comme des négociations potentielles entre 4 et 5 fois plus souvent que les femmes, qui ont tendance à accepter ce qu’on leur propose, s’inquiétant de l’impact relationnel de leurs demandes. Elles sont 2 fois et demi plus nombreuses à déclarer qu’elles éprouvent « une grande appréhension à négocier » pour elles-mêmes. Les hommes assimilent une telle négociation au « plaisir d’un match de football », les femmes à « la roulette du dentiste ».

Enfin, au début de leur carrière les hommes s’évaluent eux-mêmes à 10 % de plus que les femmes, et à 32 % au milieu de leur carrière, à poste égal. Les femmes qui négocient pour elles-mêmes le font en moyenne à 30 % de moins que les hommes, sans le savoir.

Sources : Commission Européenne- Linda Babcock/Sara Laschever, « Negotiation and the Gender Divide », Princeton University Press – Ibarra, Carter and Silva “Why Men Still Get More Promotions than Women”, Harvard Business Review.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>